Arthrose

Une pathologie fréquente chez les personnes âgées


Maladie touchant les articulations, l’arthrose entraîne douleurs et perte de mobilité : que faire pour repousser l’aggravation de la pathologie ?

Définition et symptômes de l’arthrose

Les mouvements que nous effectuons au quotidien sollicitent toutes les articulations. Pour les protéger, le cartilage les entoure, jouant le rôle d’amortisseur. Avec l’âge (ou parfois précocement), ce cartilage se dégrade au point d’entraîner une inflammation douloureuse : l’articulation est volumineuse, douloureuse, elle voit son amplitude de mouvements restreinte. C’est l’arthrose.

Non vascularisé, le cartilage n’a pas la capacité de se régénérer contrairement à la peau ou aux os. L’arthrose peut atteindre toutes les articulations, même les phalanges de doigts : les gestes de tous les jours deviennent douloureux ou impossibles à réaliser (se déplacer, tenir ses couverts…)

Quel traitement ?

Les médicaments proposés aux personnes atteintes d’arthrose ne sont pas à visée curative : ils consistent à soulager la douleur, soit par anti-inflammatoires, soit par antalgiques classiques.

Puis, lorsque le handicap engendré est trop important, l’intervention chirurgicale peut être envisagée (modification de l’articulation, mise en place d’une prothèse). De façon préventive, il convient d’avoir une activité physique modérée qui permette de mieux vasculariser l’articulation : le cartilage a moins de risques d’être abîmé.

Le surpoids aggravant la pression exercée sur les articulations, un régime amincissant peut également aider à limiter le développement de l’arthrose.

Prise en charge de la maladie en EHPAD.

Des activités sont proposées régulièrement lors des animations en EHPAD, qui favorisent la vascularisation des articulations : marche et gymnastique douce en sont de bons exemples.

Au quotidien, les aides-soignantes pallient les gestes que la personne ne parvient plus à faire seule à cause de l’arthrose : aide à la marche, se lever et s’assoir, rasage, toilette des membres inférieurs, du dos… Un accompagnement qui permet d’être à l’écoute des douleurs du résident, de l’aider à vivre le plus normalement possible.

Attentives à la douleur, les infirmières peuvent être amenées à évaluer régulièrement la douleur d’un résident, afin de permettre au médecin d’adapter un traitement antalgique efficace. Un travail d’équipe pour le bien-être de la personne âgée.